La belle saison : une réflexion sur l’amour

L’amour n’a pas de sexe, il nous tombe dessus quand on ne s’y attend pas…
C’est un peu cela le fil conducteur du film « La Belle Saison« . On y parle homosexualité mais surtout d’amour, enfin, plutôt du sentiment amoureux…
C’est une réflexion sur l’amour.
L’amour n’a pas d’entrave, le genre est accessoire, la différence d’âge non plus, souvenez nous d’ « Harold et Maude« . L’histoire d’un jeune homme qui tombe amoureux d’une vieille dame de 80 ans…

L’histoire :
Dans les années 70, une femme professeur d’espagnol, Carole, qui vit à Paris, impliquée dans le mouvement féministe qui prend alors toute son ampleur (Peace & Love, libération des mœurs, de la femme, chute des tabous, émancipation de la femme…) va faire une rencontre tout à faire fortuite et qui va bousculer sa vie, celle d’une femme plus jeune qu’elle, Delphine.
Delphine veut fuir le monde agricole dans lequel elle a grandi pour venir travailler à Paris.
Carole vit en couple et semble très épanouie, pourtant elle se laisse séduire par le tempérament et le courage de Delphine.

Ces deux personnages ont un caractère bien trempé mais chacune à sa manière…
Delphine est lesbienne, elle le sait depuis l’adolescence, elle ne trouve pas sa place dans le monde machiste agricole qui ne pourrait pas comprendre sa préférence sexuelle. Elle est issue d’une famille d’agriculteurs qui se désespère de ne pas voir leur fille encore mariée.
Carole est une jeune femme sûre d’elle, intellectuellement brillante, très sociable, qui n’a pas honte d’afficher ses convictions féministes et politiques.

Ce film dépeint avant tout une relation d’amour. On n’oublie au fur à mesure qu’il s’agit de deux femmes… Le sentiment amoureux se construit avant même l’étreinte physique, elles sont liées l’une à l’autre par une admiration mutuelle.
Elles sont connectées et l’étreinte amoureuse est un accomplissement.
Alors que dans le film « Adèle » je me suis sentie mal à l’aise devant les scènes érotiques parce que je ne ressentais pas cette osmose entre les deux femmes.
Chez Carole et Delphine nous ressentons une forme d’alchimie, la relation est fluide.
Il n’y a pas de dominant et de dominé, elles forment un seul être.
Pour apprécier ce film il faut avoir l’esprit ouvert et se questionner sur ce qu’est l’Amour et les sacrifices qu’on est prêt à faire pour que cet amour s’épanouisse.

Ce qui est très important de retenir dans ce film, c’est la trame sociale, l’époque à laquelle cette histoire se déroule. On est au début de la libération de la femme, la contraception est encore tabou et l’avortement n’en parlons pas, dans le monde agricole les femmes n’ont pas leur place, le clivage entre la vie parisienne et le monde rural est énorme.
Le couple que forme Cécile de France (Carole) et Izia Higelin (Delphine) est profondément attachant, authentique, naturel et touchant…
Leur amour rayonne et il explose à l’écran. Le spectateur ne peut être que sous le charme.
Je souhaite à tout le monde de vivre un amour aussi authentique que le leur.
Je vous invite à aller à la rencontre de l’amour…

Annick Perrad

Crédit photos : Allociné

Vous pouvez toujours me suivre sur Hellocoton, sur Facebook, sur Twitter et sur Instagram !!!

Facebook Comments

You may also like

7 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *