Maléfique ou comment Disney fait de sa méchante emblématique une gentille fée

Il y a quelques jours j’ai regardé Maléfique des studios Disney.
On doit l’avouer c’est la mode d’adapter des dessins animés en film live, on a eu Alice, Snow White…
Les scénaristes d’Hollywood s’amusent à réécrire les histoires de notre enfance à la sauce XXIe siècle.
Quand Maléfique est sorti au cinéma, je me suis dit « chouette enfin un film qui est centré sur le personnage du méchant« …
… je fus décue…

Relecture du conte

J’ai pensé que Disney reprendrai la trame de base du conte et en fin de compte les scénaristes ont opté pour un spin-off.
Un spin-off c’est lorsque l’on reprend les mêmes personnages mais dans un univers remanié ou quand on prend un personnage secondaire en personnage principal.
Disney a choisi le personnage emblématique de son dessin animé de 1959 « La belle au bois dormant » Maléfique et lui a créé une nouvelle histoire.
Maléfique devient donc une fée vivant dans un monde divisé en deux, d’un côté le royaume merveilleux des êtres féériques et de l’autre le royaume des hommes.
Elle est la protectrice de ce royaume enchanté mais un jour elle fait la rencontre de Stefan. Avec le temps Stefan deviendra égoïste et cupide et abusera de la confiance de Maléfique pour monter sur le trône.
Maléfique trouvera alors une manière de se venger de lui…
Voici l’histoire de base.

Effets spéciaux et royaume magique

Ce que j’ai adoré dans le film c’est tout l’univers créé autour de Maléfique.
Les studios ont reproduit l’ambiance du dessin animé d’origine et j’avoue être retombée en enfance en regardant le film.
Robert Stromberg, technicien d’effets spéciaux, a accompli un travail splendide. Tout l’univers est étonnant, les créatures fantastiques, bref j’ai été charmée.
Les costumes aussi sont absolument magnifiques, notamment celui de Maléfique lorsqu’elle entre dans le palais pour la toute première fois.

Disney joue avec nos souvenirs

Pourquoi Disney s’amuse à refaire ces dessins animés en live ? C’est une question que je me suis posée.
Pour faire connaitre ses dessins animés à la nouvelle génération ? Non les dessins animés ne vieillissent pas pour ma part, j’ai accroché à Blanche Neige alors qu’il datait des années 30.
Pour profiter de l’avancée technologique en donnant vie à un conte de fée ? Peut-être, effectivement les effets spéciaux font beaucoup dans ce genre de production. Elle crédibilise le monde féérique.
Exemple : certains films ont été repoussé pendant des années car la technologie de l’époque ne permettait pas de créer l’univers de l’auteur (Le Seigneur des Anneaux…).
Pour faire du fric ? Et ben oui ! Les studios Disney jouent avec nos souvenirs d’enfance pour faire de l’argent.
Quand j’ai vu la bande annonce de Maléfique et la scène de la malédiction j’ai revu le dessin animé mais en live !
Quel joie de se replonger dans son enfance et Disney le sait et joue avec ça.

Les personnages

L’héroïne c’est Maléfique, elle est interprétée avec brio par Angelina Jolie. Je n’aurai pas vu quelqu’un d’autre dans le rôle !
Son jeu d’actrice est crédible, bien plus crédible que Charlize Theron qui en fait des tonnes dans Blanche Neige !
Elle reprend ce côté fascinant du personnage de dessin animé.
Néanmoins tout repose sur elle car les autres personnages sont froids et insipides.
Sharlto Copley en roi est absolument risible avec son accent des pays de l’est (regarder le film en VO c’est juste affligeant !), Elle Fanning joue bien la princesse complétement gnan-gnan… et que dire du prince charmant qui ne sert à rien juste à faire beau dans le décor !
Bref les personnages secondaires sont de pures caricatures, ils sont vides et sans intérêt.

Le retournement scénaristique

Je vais essayer de pas trop spoiler pour ceux qui auraient pas vu le film.
Maléfique méchante emblématique de Disney est rendu sympathique par les studios.
Pour une fois que c’était intelligent de s’intéresser aux méchants des contes de fées, Disney nous retourne l’histoire à sa sauce avec pleins de paillettes et de licornes…
Je suis restée sans voix, la méchante qui retourne sa cape il manquait plus que ça !
Du coup à partir de la scène de malédiction jusqu’à la fin du film on a l’impression que les scénaristes n’ont plus su quoi inventer pour amener les figures emblématiques du conte (la piqure sur la quenouille, le baiser final…), tout est bâclé ! Pourtant l’histoire même remaniée commençait très bien.

Pour conclure

Maléfique est un film beau, l’univers féérique est magnifique et les effets spéciaux vraiment bien travaillés.
C’était très intelligent de s’intéresser enfin à un méchant charismatique de l’empire Disney mais les scénaristes ne sont pas arrivés à apporter de la crédibilité au personnage, ils ont voulu faire du Disney, en cela c’est réussi.
Mais pour quelqu’un qui voulait voir une vraie méchante en action il sera forcément déçu et se dira que les studios ont tout foiré.
Je félicite Angelina Jolie qui tient le film à bout de bras en nous offrant une Maléfique magnifique.

J’ai besoin de vous je participe au concours pour participer à une édition de la team 1P10S. Je vous remercie d’avance <3

Vous pouvez toujours me suivre sur Hellocoton, sur Facebook, sur Twitter et sur Instagram !!!

> Lire la suite

Lucy de Besson : un avis mitigé

Il y a quelques jours, je suis allée voir Lucy de Luc Besson au cinéma.
Les critiques étaient assez divergentes donc je ne savais pas trop à quoi m’attendre.
L’histoire en résumé, Lucy voit ses capacités intellectuelles et sensorielles développées à la suite d’une mauvaise rencontre.
Voilà à peu près le pitch de départ.
Le film est construit sur une affirmation éronnée « nous n’utilisons que 10% de notre cerveau« .
Mais je trouve que le postulat de départ est assez bien trouvé. Lucy est un film et pas un documentaire !
Les gens se plaignaient dans la salle en disant « n’importe quoi… » mais Lucy est un film de science fiction !!!
De ce point de vue là, Lucy respecte le contrat est nous en met pleins les yeux.

L’interprétation de Besson est très intéressante, si on utilise plus notre cerveau on perd peu à peu nos émotions…
Mais bon je vais pas vous spoiler 🙂
Niveau jeu d’acteurs, j’ai trouvé Scarlett Johansson assez crédible, je trouve qu’elle joue très bien la fille détachée et assez froide. Morgan Freeman est égal à lui même excellent.
J’ai adoré retrouver Min-sik Choi dans la peau du méchant, il est impressionnant. D’ailleurs je vous conseille vivement Old Boy si vous ne l’avez pas encore vu.

Bon passons au points négatifs :/
J’avoue que le personnage de Lucy n’attire pas la sympathie, on ne s’attache pas à elle.
On ne connait rien d’elle, de sa vie, du coup le spectateur n’accroche pas au personnage.
Besson aurait dû, selon moi, plus développer son personnage pour lui apporter de la profondeur.
Elle ne m’a fait ressentir aucune émotion contrairement aux autres personnages de Besson Nikita, Mathilda ou encore Leeloo.

Le film est cohérent dans son ensemble mais on a dû mal à accrocher sur le fond.
Je pense que c’est un sujet délicat de parler des mystères du cerveau. Besson a misé sur le film d’action, dommage :/
Il n’a pas exploité le filon à fond et on sent de grosses failles, je me suis posé pas mal de questions et de « mais POURQUOI « 
Lucy se désintègre dans un avion sans qu’on comprenne pourquoi, le flic ne sert à rien mais on le garde quand même, les scientifiques sont même pas étonnés des capacités de la jeune fille…
La scène de poursuite en voiture ne sert à rien sauf à exploser une dizaine de voitures !!! On se serait cru dans Taxi !
Bref je n’ai pas réussi à m’immerger complétement.
La fin est décevante et assez prévisible, je ne vous dévoilerai rien 🙂

Pour conclure, Lucy promettait un film de science-fiction et joue le jeu dans les premières minutes du film (j’ai trouvé très intéressant le rapprochement avec le monde animal, clin d’œil à Kubrick ) mais Besson a préféré abandonner cette mise en scène au profit de l’action pure.
On reste donc sur notre faim, on ne voit pas les 1h30 passées mais on s’ennuie.
Les personnages ne sont pas assez fouillés et du coup pas d’émotions.
Pourtant le principe du cinéma est de faire ressentir des émotions au spectateur non ?
Pour moi Besson a très mal exploité son idée de base et nous offre un film sans saveurs.
Et vous alors dites moi ce que vous en avez pensé ???

Vous pouvez toujours me suivre sur Hellocoton, sur Facebook, sur Twitter et sur Instagram !!!

> Lire la suite

Banksy, troubadour des temps modernes

Aujourd’hui je voulais vous faire partager mon goût pour l’art. J’ai été fascinée par le travail d’un artiste qui « sévit » dans les rues de New-York, je pense que la plupart d’entre vous le connaisse déjà ^^
Je vais vous parler de l’œuvre de Banksy.

Today I wanted to share my taste for art. I was fascinated by the work of an artist who « rampant » in the streets of New York, I think most of you already know ^^
I’ll tell you about the work of Banksy.


Banksy est un artiste engagé et revendicateur. Il utilise en ce moment les murs de New-York pour s’exprimer, d’ailleurs une polémique est en train d’enfler autour de lui, on en parle dans tous les journaux. Son art est considéré comme de la dégradation puisque créé sur les murs de la ville, Michael Bloomberg, le maire de New-York a déclaré « Les graffitis dégradent les propriétés, c’est un signe de décadence et de perte de contrôle. Il y a des endroits pour l’art, et d’autres qui ne le sont pas ».
Alors où s’arrête l’art et où commence la dégradation ? C’est vraiment une question de philosophie !
Pour moi tant que l’artiste ne dérange personne, c’est à dire les habitants et les propriétaires des murs, il peut se permettre ce genre d’art. Et puis il faut dire aussi que l’art est fait pour être vu, quelle meilleure toile que la rue ! Bref je vais pas traiter un sujet de philo ici ^^


Banksy is a committed artist and demanding. It currently uses the walls of New York to express themselves, also a controversy is currently swell around him, we talk about in all the newspapers. His art is considered as degradation created the walls of the city, Michael Bloomberg, the mayor of New York said « Graffiti degrade the properties, it is a sign of decay and loss of control. There has places for art, and others who are not. « 
So where does art and where begin degradation ? It’s really a matter of philosophy !
For me as the artist does not bother anyone, ie the inhabitants and owners of the walls, he can afford this kind of art. And then we must also say that art is made ​​to be seen, which better canvas the street ! Anyway I will not treat a subject of philosophy here ^^


Tout ça pour dire qu’en plus certaines personnes, propriétaires des murs tagués, protègent désormais les œuvres de Banksy de vitres en plexiglas pour éviter d’éventuelles dégradations.
Banksy est un troubadour des temps modernes, il exprime son mécontentement grâce à son art qui devient un médium de communication. Il se sert des objets du quotidien, de la jungle urbaine pour laisser libre court à son imagination.
Je vous laisse apprécier quelques une de ces œuvres qui m’ont vraiment touché en plein cœur.
Longue vie à Banksy et à la créativité !


All that to say that in addition to some people, owners of tagged walls, now protect the works of Banksy panes of plexiglass to avoid any damage.
Banksy is a modern troubadour, he expressed his displeasure with his art becomes a medium of communication. He uses everyday objects, urban jungle to give free rein to his imagination.
I let you enjoy a few of these works that really hit me in the heart.
Long live Banksy and creativity !


Pour en savoir plus sur son œuvre et sa pensée je vous laisse aller sur l’excellent site Banksy art et sur le site officiel de l’artiste

To learn more about his work and thought I let you go on the excellent website Banksy art and the official website of the artist


Vous pouvez toujours me suivre sur Hellocoton et sur Facebook !!!

> Lire la suite